Zone médecins

Février 2015

Sondage sur Nouvelles brèves

Vous recevez l’infolettre Nouvelles brèves parce que vous êtes inscrit à notre liste d’envoi. Nous aimerions connaître votre appréciation de cet outil d’information du CSSS afin de l’ajuster à vos besoins. Merci de prendre quelques minutes pour répondre à sept questions.

 

Le CIUSSS de l’est de Montréal

Le projet de loi 10 sur la réorganisation du réseau de la santé et des services sociaux ayant été adopté le 6 février, le CSSS de Saint-Léonard et Saint-Michel sera intégré au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l’est de Montréal en date du 1er avril. Les autres établissements qui formeront ce CIUSSS sont : le CSSS de la Pointe-de-l’Île, le CSSS Lucille-Teasdale, l’Hôpital Santa Cabrini, l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, l’Institut canadien-polonais du bien-être et l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal. L'objectif de la loi est de faciliter l'accès aux services.

Semaine de prévention du suicide

Durant la Semaine de prévention du suicide, du 1er au 7 février, le CSSS a tenu des kiosques dans les salles d’attente du CLSC de Saint-Léonard et du CLSC de Saint-Michel à l’intention de la clientèle. De plus, cette année, le CSSS a aussi été présent dans deux pharmacies du quartier, membres de la Table locale des pharmaciens du réseau local de services du CSSS, afin de joindre la population du territoire et de la sensibiliser à cette problématique qui touche plusieurs personnes de tout âge.

Rappelons que toute personne vivant des difficultés personnelles, étant aux prises avec des idées suicidaires ou une problématique de dépression, d’anxiété, de burn-out ou d’autres questionnements en lien avec la santé mentale peut se présenter au CSSS et recevoir une aide appropriée pour l’aider à surmonter ses difficultés. Pour joindre l’accueil psychosocial pour références ou informations : 514 722-3000, poste 1422.

Conférences Les belles soirées pour les parents d’enfants âgés de 0 à 5 ans

Tout au long de l’année, une série de rencontres portant sur divers thèmes est offerte aux parents. La prochaine rencontre abordera le développement de l’enfant de deux à cinq ans, les attitudes parentales à adopter et les activités à réaliser afin de soutenir ce développement. Il sera aussi question d’une trop grande exposition aux écrans et des recommandations à cet égard. Pour participer à cette rencontre, qui aura lieu le 18 février, à 18 h, au CLSC de Saint-Michel, il faut s’inscrire en composant le 514 722-3000, poste 5402.

L’Espace-parents se poursuit en 2015 !

L’Espace-parents est un projet de partenariat entre le CSSS et l’école Bienville dans le quartier de Saint-Michel. Il s’agit d’un lieu où les parents, dans une ambiance conviviale, viennent discuter ensemble de sujets qui les préoccupent en compagnie d’intervenants du CSSS et de l’école Bienville. Les discussions visent à chercher collectivement des solutions pratiques aux problèmes concrets. Ces activités ont lieu aux deux semaines. Tous les parents de l’école y sont les bienvenus !

Prochain Espace-parents : mercredi 18 février, 13 h 15, à l’école Bienville. Pour plus de renseignements : Francis Gagnon, organisateur communautaire au CSSS, 514 722-3000, poste 5332.

Entente intersectorielle pour contrer l’abus et la maltraitance à Saint-Léonard

L’abus et la maltraitance sont de plus en plus présents dans notre société et c’est un phénomène qui risque de prendre de l’ampleur avec le vieillissement de la population. Depuis quelques années, les partenaires de l’arrondissement de Saint-Léonard, Caisse Desjardins Centre-Est de la Métropole, le Centre des aînés du réseau d’entraide de Saint-Léonard, le poste de quartier 42 du service de police de la Ville de Montréal, le Programme montréalais en prévention de la sécurité urbaine, les Services communautaires canadiens-italiens du Québec, la Table de concertation des aînés en action de Saint-Léonard et le CSSS de Saint-Léonard et Saint-Michel, se concertent afin d’élaborer une entente pour contrer l’abus et la maltraitance envers les adultes en perte d’autonomie résidant sur le territoire.  C’est lors du déjeuner de la rentrée, organisé par la table de Concertation Saint-Léonard le 16 janvier, qu’a eu lieu le lancement de cette entente intersectorielle.

L’objectif principal consiste en l’engagement de tous les partenaires, selon leur offre de service respective, à travailler ensemble afin de sensibiliser la population sur la problématique de la maltraitance et des abus de toute forme : physique, sexuel, psychologique, financier, émotionnel ou verbal. Pour information sur cette entente : Abdou Lat Fam, chef d’administration de programmes à la Direction des services aux personnes en perte d’autonomie, au 514 722-3000, poste 4316.

Programme Santé mentale adulte

Le programme de santé mentale adulte offre un service de suivi d’intensité variable (SIV). Ce type d’accompagnement se fait dans le milieu de vie des personnes. Il s’adresse principalement, mais non exclusivement, aux individus vivant des psychoses altérant significativement leur fonctionnement ou dont l’état risque de se détériorer si aucune aide n’est offerte. Ceux-ci doivent nécessairement présenter des besoins de réadaptation (habiletés relationnelles, intégration sociale, adaptation à la vie en communauté). Le SIV offre également un volet « proaction ». Il s’agit de joindre des personnes vulnérables ne bénéficiant pas de services en santé mentale ou qui sont non volontaires pour en recevoir. Ce type d’intervention de dernier recours vise à établir des liens entre ces individus et des services en santé mentale sans passer par les corridors réguliers de référence.

Pour toute demande de suivi, communiquez avec le guichet d’accès en santé mentale adulte au 514 722-3000, poste 5574. Pour une discussion clinique, rejoignez l’équipe SIV aux postes 1359 et 1105.

Maladies chroniques

Saviez-vous qu’au CSSS il existe une équipe dont le mandat spécifique est d’accompagner les personnes qui ont un diagnostic de diabète, de haute tension artérielle ou de maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) ?  Cette équipe est composée d’une infirmière clinicienne, d’une inhalothérapeute, d’une kinésiologue et d’une nutritionniste. Le programme, sur une durée de deux ans, vise une modification des habitudes de vie par des rencontres individuelles avec une infirmière ainsi que des rencontres de groupe où l’exercice et l’éducation des saines habitudes de vie sont mis en application. La personne qui désire bénéficier de ce suivi doit déjà avoir un diagnostic établi et y être référée par son médecin de famille. Si elle n’a pas de médecin de famille, elle peut demander à une infirmière ou à un professionnel de la santé de la référer et elle recevra tout de même un accompagnement. Toute personne avec un de ces diagnostics devrait avoir un médecin. Si ce n’est pas le cas, il serait essentiel que celle-ci s’adresse à son CSSS afin d’être inscrite en attente au GACO (guichet d’accès pour la clientèle orpheline). Le CSSS pourra aider la personne à se trouver un médecin.

Référence maladies chroniques : 514 722-3000, poste 1605; télécopieur : 514 328-5226. GACO : inscription en ligne ou en composant le 514 722-3000 et en choisissant l’option « 1 ».

Le CSSS présent au Congrès mondial du SIDIIEF

Pour une deuxième fois, le CSSS sera représenté au sixième Congrès mondial des infirmières et infirmiers francophones, organisé à Montréal, du 31 mai au 5 juin 2015, par le Secrétariat international des infirmières et infirmiers de l’espace francophone (SIDIIEF). Trois équipes ont soumis des propositions de communication, lesquelles ont toutes été retenues par le comité scientifique international. Celles-ci aborderont les sujets suivants : Autonomie infirmière et collaboration interdisciplinaire au cœur de la prévention et de la gestion des maladies chroniques; L’interdisciplinarité, une valeur ajoutée au service de l’usager et de sa communauté; Gouvernance clinique de la qualité en hébergement et développement des compétences.

Le CSSS inaugure son Laboratoire de développement des pratiques professionnelles

C’est avec grand plaisir que, durant la semaine du 2 février, le CSSS soulignait l’ouverture officielle du Laboratoire de développement des pratiques professionnelles. Ce projet est destiné au développement professionnel du personnel du CSSS (soins infirmiers, pratiques professionnelles et autres), autant pour ce qui est de la mission hébergement que de la mission CLSC. Le Laboratoire de développement des pratiques professionnelles, équipé d’un mannequin à la fine pointe, d’une technologie informatique et audio-visuelle, de fournitures médicales et de ressources documentaires, offre beaucoup de possibilités. Il peut être utilisé pour des conférences, des ateliers de simulation, l’accueil et l’intégration des nouveaux employés, des recherches documentaires, animer les groupes de soutien clinique, mettre sur pied un club de lecture et plus encore. « La connaissance, c’est partager le savoir qui nous fait grandir. »

Visites ministérielles d’évaluation en centre d’hébergement

Le Centre d’hébergement des Quatre-Temps et le Centre d’hébergement de Saint-Michel ont reçu une équipe ministérielle du 1er au 4 décembre. Les visites ministérielles d’évaluation de la qualité en centre d’hébergement permettent d’apprécier l’implantation de l’approche milieu de vie, de reconnaître les actions mises de l’avant à cet égard et de formuler des recommandations dans une perspective d’amélioration continue des soins et des services. Les visiteurs ont souligné l’engagement du personnel à offrir des soins de qualité, la qualité de l’accueil du résident et le dynamisme des comités des résidents. Le programme clinique cadre en soins de longue durée a aussi retenu leur attention.

Quant aux défis à relever, notons la poursuite du développement des aspects psychosociaux et spirituels des interventions, de l’histoire de vie des résidents et des actions visant la réduction de l’utilisation des mesures de contrôle. L’actualisation des rencontres interdisciplinaires a également été soulevée de même que la réorganisation de l’activité repas de façon à en faire une activité stimulante et mieux adaptée pour les résidents. Le plan d’action en suivi de leurs recommandations sera élaboré d’ici le 12 mars.